Loading

Une étudiante en FAC avec une beurette plus âgée!

Une étudiante en FAC de langue qui raconte son expérience lesbienne avec une jeune professeure d’origine tunisienne (grisée par le risque imposé les mœurs de la communauté arabe)

Laurine a 18 ans et demi, c’est une jeune femme comme une autre à un détail près, elle est lesbienne. Sa famille n’est pas encore au courant, il n’y a que sa meilleure amie. Depuis quelques semaines, Laurine vit une relation avec une femme de dix ans son aînée. Cela n’est pas tellement grave sauf que cette femme n’est autre que sa professeure d’anglais. Pour le moment, Laurine n’est pas prête d’avouer son orientation sexuelle à sa mère seulement, une fille de la FAC a découvert qu’elle entretenait une relation avec leur prof et a décidé de faire courir la rumeur dans tout l’établissement. C’est arrivé aux oreilles du proviseur qui a aussitôt convoqué la mère de Laurine. De retour chez elle, elle veut une explication.

– « Laurine ! Laurine ! Sors de ta chambre ! »

La jeune fille descendit les escaliers sans grand enthousiasme. Elle ne savait pas encore que sa mère était au courant de tout.

– « Quoi ? Qu’est-ce que tu as à crier comme ça ?

– Tu me prends pour une imbécile ? C’est quoi cette histoire ?

– Mais du quoi tu parles encore maman ?

– De quoi je parle ? C’est une blague j’espère ? Je sors du bureau du proviseur. J’ai encore du mal à croire ce que j’ai entendu. »


Laurine se doutait de ce dont parlait sa mère maintenant. Elle avait entendu les bruits de couloir à la FAC mais n’y avait pas vraiment prêté attention.

– « Laurine, je veux une explication.

– Je suis désolée maman. Je ne voulais pas que tu l’apprennes comme ça. J’avais l’intention de t’en parler mais j’attendais le bon moment.

– Le bon moment ? Tu crois vraiment qu’il y a un bon moment pour ça ?

– Je ne suis peut-être pas parfaite mais oui maman, je suis lesbienne. Tu dois te faire une raison. Ce n’est pas une maladie, ce n’est pas non plus une passade. J’ai mis du temps à m’en rendre compte mais maintenant j’en suis sûre. Je préfère les filles aux garçons. Je t’en supplie maman ne m’en veux pas. Je suis toujours la même, je n’ai pas changée. Je suis toujours ta fille. »

Le visage de sa mère se crispa encore plus.

– « Ce n’est pas tant le fait que tu sois lesbienne qui me dérange. Si tu m’en avais parlé, j’aurais pu l’accepter. Le problème c’est ta professeure. Tu n’es pas encore majeure. C’est du détournement de mineur. Quand ton père va l’apprendre il va directement porter plainte.

– Non maman, s’il te plait. Samia est d’origine tunisienne. Si sa famille venait à apprendre qu’elle est lesbienne, elle aurait énormément de problèmes.

– Ce n’est pas mon problème. Elle aurait dû y réfléchir avant d’avoir une relation avec l’une de ses élèves.

– Maman, tu ne peux pas lui faire ça. Sa religion lui interdit totalement d’avoir une relation avec une femme mais on s’aime vraiment. C’est un amour sincère. Ne gâche pas tout.

– Ton proviseur l’a déjà renvoyé et ce n’est qu’une question de temps avant que ton père l’apprenne. Tu devrais aller lui en parler toi-même avant qu’il ne l’entende de la bouche de quelqu’un d’autre.

– Je vais lui en parler. Je te le promets. Mais ne lui dit pas qui c’est. Je t’en prie maman, je ne veux pas lui causer de torts, elle ne mérite pas tout ça et elle a le droit de vivre sa vie comme elle l’entend.